keyboard_arrow_left PIANO QUATTRO +

MUSIQUE

PIANO QUATTRO +

FRANCOIS LINDEMANN

Dates de spectacle
  • jeudi 29 octobre / 20h

En création, première au Reflet.

Tarif

Plein tarif : 58.- 38.- Tarif étudiant + AI : 15.-


Plan de salle >
 
Billetterie
Acheter en ligne
Accessibilité
  • La salle dispose d'une boucle magnétique
  • places pour Personnes à Mobilité Réduite
  • spectacle accessible aux personnes aveugles et malvoyantes
  • spectacle accessible aux personnes de langue étrangère
Lecture audio des infos du spectacle

Lorsque le son du piano du 19e siècle rencontre l’univers techno-électro d’aujourd’hui, cela donne Piano Quattro + : un cocktail détonnant ! À l’origine de ce projet, on retrouve François Lindemann, leader de Piano Seven qui avait réuni sur une même scène sept pianistes jouant sur sept pianos à queue, pour un peu plus de 200 représentations en Suisse et de par le monde. Cette fois, il s’entoure notamment de trois autres pianistes suisses (Pierre Audetat, Olivier Rogg et Pierre-Luc Vallet) qui offrent une suite musicale de leur composition, articulée en différents tableaux dans lesquels toutes les possibilités et nuances des pianos sont utilisées. Le jeune claviériste Andrew Audiger ainsi que le percussionniste Christophe Calpini vont développer des éléments lyriques ou percussifs faisant écho aux profondes basses électro et aux « beats » techno. Et pour compléter cet orchestre, le trompettiste et sculpteur de son valaisan Yannick Barman transforme sa trompette en un instrument aux échos balkaniques ou en fanfare électro par l’entremise d’un laptop.
Piano Quattro +, ce sont sur scène quatre Steinway, des claviers, des percussions et une trompette pour un voyage musical et intemporel, mêlant avec maestria les univers classiques et contemporains.

De et avec :
François Lindemann (piano)
Olivier Rogg (piano)
Pierre-Luc Vallet (piano)
Pierre Audetat (piano)
Andrew Audiger (claviers)
Christophe Calpini (percussions)
Yannick Barman (trompette) Mané Lindemann

Coproduction
Le Reflet

En collaboration avec Cully Jazz Festival

Crédit photo
Mané Lindemann