Théâtre

Gros-Câlin

Romain Gary (Emile Ajar)
Jean-Quentin Châtelain
ma. 13 jan. 2015 / 20H
1h20
Le Reflet

En 1974, Romain Gary publie à 60 ans son premier roman sous le pseudonyme d’Emile Ajar: Gros-Câlin. C’est le nom que donne un modeste employé célibataire au python qu’il a ramené d’Afrique. Celui-ci apporte à son propriétaire quelques soucis avec ses voisins, mais surtout un réconfort physique et sentimental.

Jean-Quentin Châtelain, en longue djellaba noire, pieds nus, est seul en scène. Avec sa voix si particulière – chantante et profonde – l’acteur suisse pénètre l’écriture de Romain Gary et touche l’âme du texte. Il est bouleversant de vérité. On perçoit au plus près la détresse et la tendresse du personnage. Jamais on n’a si bien entendu l’écriture de Gary. Parce que Jean-Quentin Châtelain est un comédien exceptionnel, on discerne parfaitement les curiosités de la langue. Il prend son temps, goûte les formules et ne s’accélère jamais, il privilégie l’humour secret de chaque phrase. Gros-Câlin est un récit tragi-comique flamboyant sur la métamorphose et le besoin d’aimer, sur la perte d’identité et de repères.


On rit, on sourit, on pleure, on s’esclaffe, on a les larmes aux yeux, on rit aux larmes et on est admiratif de la performance magnifique : la sincérité formidable du «personnage» et l’engagement de l’interprète, si grand artiste, qui de toutes ses fibres est, une heure quinze durant, Monsieur Cousin et qui nous fait comprendre tout (…) LE FIGARO


Il faut l’entendre – Jean-Quentin Châtelain – parce que les grands acteurs sont rares, et qu’il en est un, à part. Unique en son royaume de la parole. LE MONDE


AVEC
Jean-Quentin Châtelain

MISE EN SCÈNE
Bérangère Bonvoisin

LUMIÈRES
Ricardo Aronovich
 

SCÉNOGRAPHIE
Arnaud de Segonzac

ADAPTATION
Thierry Fortineau

PRODUCTION
Théâtre de l’OEuvre

Plein tarif 38/28/15/10
Étud. 28/14/8/5

NEWSLETTER
S'inscrire